jeudi 23 septembre 2010

Le coeur de registre des armes à feu sauvé

Ottawa, le jeudi 23 septembre 2010 – Le 22 septembre 2010, la Chambre des communes adoptait à la majorité un rapport du comité du Comité permanent de la sécurité publique rejetant la plus récente initiative des conservateurs visant à démanteler le registre des armes à feu. Hier avait lieu ce vote crucial et pour des raisons purement idéologiques, les députés conservateurs du Québec ont encore failli à leur tâche en votant contre le rapport. Cela n’a toutefois pas empêché les parlementaires de voter à 153 voix contre 151 en faveur de la proposition de rejeter le projet de loi C-391, qui voulait éliminer l'obligation d'enregistrer les armes d'épaule, c'est-à-dire le cœur du registre.

« Malheureusement, les déclarations récentes du premier ministre, tout autant que les agissements du gouvernement conservateur, donnent tout lieu de craindre que le gouvernement de Stephen Harper ne respectera pas la volonté exprimée démocratiquement par la Chambre. Depuis son élection en 2006, les conservateurs n'ont cessé de répéter leur volonté d'attaquer, et éventuellement d'éliminer le registre. Les nombreuses amnisties systématiques pour les propriétaires qui ont omis d'enregistrer leurs armes, de même que les cinq projets de loi qui ont été déposés depuis 2007 par les députés conservateurs afin de détruire le registre, font foi de cet entêtement idéologique du Parti conservateur », a mentionné le député de Joliette, Pierre Paquette.

« Par ailleurs, le premier ministre Stephen Harper a lui-même affirmé durant les jours précédant le 22 septembre qu'il ne respecterait pas les résultats du vote et qu'il reviendra à la charge afin d'abolir le registre. Encore une fois, la troupe conservatrice démontre son mépris envers le Québec, dont 188 des 200 élus à l’Assemblée nationale et à la Chambre des communes ont voté pour maintenir intégralement le registre des armes à feu. Dire oui au registre des armes à feu, c’est croire en l’expérience et l’expertise d’experts dans le domaine qui depuis longtemps exhortent le gouvernement conservateur à changer de position. Le registre permet de sauver des vies et continuera de le faire. Nous n’oublierons jamais les drames de la Polytechnique et du collège Dawson et c’est entre autres pour cela que nous devons maintenir le registre et le resserrer davantage », a ajouté Pierre Paquette.

Le député de Joliette et leader parlementaire du Bloc Québécois conclu : « L'enjeu demeure donc entier. Pour les conservateurs, il semble que ce ne soit que partie remise! Fidèles à la mission que lui ont confiée les Québécoises et les Québécois de défendre les priorités du Québec à Ottawa, les députés du Bloc Québécois ont travaillé depuis le début afin de maintenir le registre et malgré l’arrogance et l’acharnement des conserveurs, la voix du Québec a triomphé et nous continuerons de nous battre en ce sens ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire