vendredi 22 avril 2011

« LE VRAI PARTI DES RÉGIONS C’EST LE BLOC QUÉBÉCOIS; LE SEUL QUI DÉFEND LES GENS DE CHEZ NOUS, LES GENS DE MA RÉGION, SANS COMPROMIS!»

Le 13 avril 2011 – « Ça fait dix ans que je travaille pour les gens de la circonscription de Joliette, ça fait dix ans que je défends leurs intérêts et c’est avec la même passion que je vais continuer à le faire », a soutenu le député depuis plus de 10 ans, Pierre A. Paquette. Au Bloc Québécois, nous croyons au développement de nos régions et c'est pourquoi nous avançons des solutions qui répondent aux besoins des gens d'ici ».


Pour soutenir nos agricultrices et nos agriculteurs


Dans Lanaudière, plus de 26 % de l’activité agricole est organisée selon le système de la gestion de l’offre. Or, le Canada négocie présentement une entente de libre-échange avec l’Union européenne et les conservateurs sont incapables d’affirmer que la gestion de l’offre ne sera pas touchée puisque « tout est sur la table », selon eux. Je prends l’engagement que le Bloc Québécois maintiendra son appui inconditionnel au système de la gestion de l’offre. De même, le Bloc Québécois s’opposera à tout projet de loi entérinant des accords commerciaux mettant en péril les principes fondamentaux du système de la gestion de l’offre, je n’ai pas hésité à me rendre à Hong Kong en 2005 pour défendre nos agriculteurs et je continuerai de le faire à chaque fois que ce sera nécessaire » a poursuivi, Pierre A. Paquette.

De plus, le Bloc Québécois continuera de réclamer la mise sur pied d'un véritable programme de type AgriFlex. Cette enveloppe de financement fédéral permettrait de créer de nouveaux programmes, y compris pour la gestion du risque de l'entreprise (GRE), qui répondraient aux besoins des agriculteurs et dont les coûts seraient en partie assumés par le gouvernement fédéral. Le Bloc Québécois propose également des mesures pour favoriser la relève agricole, un plan en cinq points, au coût de 100 millions de dollars par année. « Les conservateurs, les libéraux et les néo-démocrates ne proposent rien dans ce domaine, le Bloc Québécois porte des initiatives simples et peu coûteuses qui peuvent assurer la pérennité de notre agriculture et de notre région » a poursuivi Pierre A. Paquette.


Organismes de développement économique en région

Les conservateurs ont tenté d’abolir le soutien aux organismes de développement économique régional, dont le Conseil de développement bio-alimentaire de Lanaudière. Devant les pressions, le gouvernement a rétabli le financement, mais de façon temporaire. Le Bloc Québécois va continuer d’exiger le rétablissement des fonds nécessaires. Ce genre d’organisme joue un rôle très important dans la création et le développement de PME, source de la majorité des emplois de la région.

Postes Canada


Pour ce qui est des services postaux dans les régions rurales, le Bloc Québécois est d’avis que ces derniers font partie de l’obligation de Postes Canada d’assurer un service universel et qu’ils sont nécessaires à la viabilité économique ainsi qu’à l’identité sociale des collectivités. Le gouvernement conservateur doit maintenir le moratoire déjà en vigueur qui interdit la fermeture de bureaux de poste situés en milieu rural ou dans des petites villes ne comptant qu’un seul bureau de poste. Postes Canada doit rétablir et maintenir le service rural tout en respectant les lois applicables, notamment le Code canadien du travail. Le Bloc Québécois veillera à conserver les services actuels dans toutes les municipalités de la circonscription de Joliette.

Industrie forestière

Alors que les conservateurs consentaient plus de 10 milliards de dollars à l’industrie automobile de l’Ontario, l’industrie forestière au Québec devait elle se contenter de miettes. Le Bloc Québécois presse le gouvernement fédéral de mettre en place un ensemble de mesures dont des prêts et des garanties de prêt afin de soutenir cette industrie qui, faut-il le rappeler, a été très malmenée au cours des dernières années. Le gouvernement devra accompagner cette industrie dans sa transition pour qu’elle devienne verte et ajoute davantage de valeur au bois transformé par exemple, en ayant une politique d’utilisation du bois dans les constructions fédérales. De plus, le Bloc Québécois propose des modifications fiscales qui favoriseront l’exploitation durable des boisés privés entre autre, en mettant en place un régime d’épargne sylvicole.

« En guise de conclusion, le Bloc Québécois a appuyé les baisses d’impôt sur les profits des PME, mais il trouve tout à fait indécent les baisses d’impôt aux grandes entreprises comme les pétrolières et les banques qui n’en ont pas besoin et qui affaiblissent la capacité de l’État d’assumer ses responsabilités », a conclu Pierre A. Paquette.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire